Monthly Archives: décembre 2017

10 bonnes raisons de faire du CrossFit en famille !

10 bonnes raisons de faire du CrossFit en famille !

Le CrossFit prend souvent une place importante dans la vie des adhérents. Un sport qui devient souvent une passion. Voici 10 bonnes raisons de vivre ce sport en famille…!

1 – Parce que le Crossfit est adapté à tous : enfants à partir de 5 ans, ados, adultes, sénior. Hommes, femmes. Sportifs, sédentaires. Tout le monde peut pratiquer et se faire plaisir tout en développant ses qualités physiques et mentales.

 

2 – Parce que notre sport est rigoureusement encadré. Les coachs sont tous formés, certifiés et spécialisés pour pouvoir proposer à chacun des adaptations sécuritaires et efficientes.

 

3- Parce ce que vous pouvez partager le même entrainement. Et ainsi vous confronter aux mêmes types de mouvements et vivre les mêmes sensations !

 

4 – Parce que nous sommes tous happés par le quotidien. Les moments de complicité en famille sont de plus en plus rares.

 

5 – Parce que pratiquer la même activité resserre les liens. Cela favorise la solidarité, la communication et donc les relations interpersonnelles.

 

6 – Parce que le CrossFit permet de se dépasser. Et in fine de mieux se connaître, mieux connaître ses proches face à l’adversité et le facteur « inconnu » des WOD. Vous découvrirez vos proches sous un angle nouveau.

 

7 – Parce qu’ensemble et en se soutenant il est plus facile d’atteindre ses objectifs. Les efforts réalisés pour devenir une meilleure version de vous-même ne s’arrêtent pas au seul aspect côté sportif et aux portes de la box !

 

8 – Parce que plus que jamais vous partagerez vos réussites, vos progrès, vos doutes et vos moments de faiblesses. Lors de vos entrainements vous ne pensez plus aux potentielles tensions ni aux soucis du quotidien.

 

9 – Parce qu’on a tous besoin d’optimiser notre planning. Vous n’aurez plus qu’un seul espace-temps d’entrainement pour tous les membres de votre famille. Les séances courtes, complètes et intenses seront suffisantes pour vous mettre en excellente condition physique. Plus besoin d’aller à la piscine le samedi, d’amener Julie à la danse le mercredi, Max au Judo le mardi (ou Max à la danse et Julie au Judo) et voir le tournois de pétanque de Papy le dimanche.

 

10 – Parce que vous allez découvrir une deuxième famille : celle de votre box. Puis une troisième : celle de la communauté CrossFit… qui vont adopter la vôtre et la faire grandir.

Découvrez très prochainement les portraits des familles qui vont vivre nos box…

 

Auteur :

Marie SEMERDJIAN

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Portrait d’athlète : Geoffrey #CFV

Portrait d’athlète : Geoffrey #CFV

Parce que nos athlètes sont l’âme et la raison d’être de nos boxs, et que chacun est unique… Voici le portrait de l’un d’eux…

 

Bonjour Geoffrey,

CFFC : Présente-toi en quelques mots :

Je m’appelle Geoffrey, je suis technicien biomédical a l’hôpital Nord et je fais du crossfit depuis un peu plus de 2ans.

 

CFFC : Comment as-tu découvert le CrossFit ?

Grace à une pote de ma soeur qui est coach maintenant, à l’époque elle s’entrainait a vitrolles je crois.

 

CFFC : Depuis quand pratiques-tu ?

Depuis un peu plus de 2ans

 

CFFC : Quel(s) sport(s) pratiquais-tu auparavant ?

Je fesais pas mal de trail/cross et je suivais un ami militaire (xavier ducamp) dans ses parcours de street-workout , c’est vraiment lui qui m’a donné gout au sport.

 

CFFC : Continues –tu à pratiquer une ou des autres disciplines ? Si oui, que t’apporte le CrossFit dans celle(s)-ci ?

Non le crossfit me suffit largement de temps en temps je retourne courir mais c’est pas pareil, seul on s’ennui vite.

 

CFFC : Pourrais-tu décrire le CrossFit en 4 mots maximum ?

Je dirais : esprit d’équipe, dépassement de soi, amitié et fun.

 

CFFC : Raconte-nous ton premier WOD :

Ouah sa date, il y avait des back squat et des pull up (un 50-40-30-20-10) j’avais souffert ma race surtout au squat. Le lendemain je pouvais plus marcher lol

 

CFFC : Qu’apprécies-tu dans la discipline ?

Les liens qui ce crées, on ce sent comme a la maison a la box :). Et bien sur ce que j’apprécie le plus c’est le dépassement de soi.

 

CFFC : Quelle est ta plus grande fierté ou victoire ?

Franchement d’être venu a la box de vitrolle et d’avoir rencontré toute cette belle équipe et de me donner a fond tout les jours avec eux 🙂

CFFC : Quels étaient tes objectifs en t’inscrivant ici ? Ont-ils évolué par la suite ?

A la base je venais juste pour me défouler. Maintenant je cherche a progresser un peu partout, surtout en haltérophilie qui est mon point faible.

 

CFFC : As-tu observé des changements sur le plan physique et mental ?

Sur le plan mental carrément on est obligé de rien lâcher si on veut progresser dans le crossfit après le physique s’améliore tout seul si on s’entraine régulièrement.

 

CFFC : Quelle place prends le CrossFit dans ta vie ?

Une place énorme, c’est devenu un besoin de venir. Si je viens pas (a par les jours de repos) je me sens vraiment pas bien.

 

CFFC : A quelle fréquence t’entraines-tu ? Quels cours de spécialité suis-tu ?

Entre 8 et 10fois par semaine et si je peux plus. Depuis qu’il y a les cours d’endurance #dimanchemartin et de strongman je les suis, et depuis peu j’essai de venir au cours d’haltérophilie.

 

CFFC : As-tu changé des choses dans ton quotidien (organisation, alimentation…) ?

Pas grand chose un peu de whey après les wod sinon en soirée j’abuse toujours autant lol.

 

CFFC : Ta famille, tes amis comprennent-ils ton mode de vie ?

Non pas vraiment surtout les fréquences de mes entrainements.

 

CFFC : Quelle est ta relation avec les coachs ? Quelles sont tes attentes vis-à-vis d’eux ?

Elle est au top que ce soit avec les coachs de vitrolle et de salon ils ont toujours de bon conseil. J’attend qu’ils me poussent toujours plus sur les wods 🙂

 

CFFC : Quels sont tes plus gros challenges / tes difficultés ? Quelles stratégies adoptes-tu pour les affronter ?

Arriver a l’heure aux wods lol. Sinon l’haltérophilie c’est la ou j’ai le plus de difficulté (surtout sur les snatchs), c’est pour sa que je commence a venir au cours :).

CFFC : Sur quoi as-tu le plus de facilité ?

Sur ce tout ce qui est cardio style run/burpees

 

CFFC : Quel est ton WOD (benchmark) préféré ?

J’aime tout les benchmark mais je préfère ceux qui sont long style murph et eva.

 

CFFC : Quel est ton mouvement préféré… et celui que tu déteste ?

J’aime tout les mouvements au poids corps (pull-up,hspu…) et j’ai horreur de l’overhead squat.

 

CFFC : As-tu un message à faire passer à ceux et celles qui hésitent encore à franchir le pas ?

Ouais de venir essayer un mois car un wod c’est pas assez!! Et comme l’a dit mon ami hadj « l’essayer c’est l’adopter »

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Sport : Quand les troubles du comportement s’en mêlent…

Sport : Quand les troubles du comportement s’en mêlent…

Dans le sens commun, la pratique d’une activité sportive est associée à la santé et à une recherche de bien être. Mais lorsque la fréquence, l’intensité s’intensifient et que la performance ou le culte du corps tourne à l’obsession certaines personnes peuvent basculer dans des comportements compulsifs et dangereux.

Avec le CrossFit qui met en avant les physiques athlétiques, sculptés il n’est pas toujours simple de prendre conscience du moment où les habitudes alimentaires et les pratiques sportives prennent un tournant dangereux.

 

LA PREVALENCE DES TCA CHEZ LES SPORTIFS

Le sujet est encore tabou mais il existe bien une prévalence des troubles alimentaires plus élevée chez les sportifs que dans la population générale. En cause, un rapport particulier au corps, souvent « désincarné » pour en faire un outil de performance (sportive ou esthétique). La santé y est alors sacrifiée.

Ainsi, les contraintes observées dans certaines les disciplines (morphologies spécifiques, catégories notamment) et le développement des réseaux sociaux sur-exposant certains  influenceurs entretiennent une préoccupation excessive vis-à-vis du de l’image corporelle.

Les sportifs qui ont de surcroit la sensation de pouvoir contrôler leur corps peuvent faire de leur alimentation le premier moyen d’obtenir les résultats souhaités.

 

L’anorexie mentale

Elle se caractérise par une peur de maintenir ou d’atteindre un poids minimum normal, de devenir obèse alors que  l’indice de masse corporelle (IMC) est faible. Il y a également un déni de la gravité de l’état nutritionnel et une aménorrhée chez la femme (souvent masquée par la prise d’hormones contraceptives). A l’origine de l’anorexie se trouve souvent un régime qui devient de plus en plus restrictif induisant une perte de poids rapide.

 

La boulimie 

Elle se définit par la survenue de crises compulsives avec ingestion massive et rapide d’aliments et un sentiment de perte de contrôle. Les comportements compensatoires y sont associés : vomissements, laxatifs, hyperactivité physique…

S’en suivent des conséquences graves sur les performances, la masse musculaire mais aussi sur les os, les articulations.

 

L’orthorexie

Il s’agit de l’obsession du diététiquement correct. La souplesse, le plaisir et l’hédonisme des repas est remplacée par la rigidité les paramètres qui l’encadrent : contrôle des quantité (pesée quasi systématique..), de la qualité (ingrédients, traçabilité..), évitement et évictions de certains types d’aliments  (gras, sucre…) ou situation (besoin de connaitre à l’avance les menus / déclinaisons des invitations).  La nourriture deviennent l’unique préoccupation et occupation pour répondre à des objectifs esthétiques ou de performances.

 

 

QUAND LE SPORT ET L’IMAGE DE SOI TOURNENT A L’OBSESSION

 

La bigorexie 

Les personnes souhaitant perdre ou prendre du poids grâce au sport peuvent également développer une forme d’hyper-activité corrélée au besoin d’obtenir des résultats rapides. Le sport n’est alors plus réellement un plaisir mais une obligation ou un rituel. Une séance reportée, annulée ou avortée peut donner lieu à une réaction disproportionnée et à un mal-être : colère, angoisses, sentiment que le corps va « faire payer » ce manquement…sont autant de signes d’une potentielle déviance.

Le sport augmente les niveaux de dopamine, d’adrénaline et d’endorphines. Ces hormones aident à canaliser le stress et génèrent une sensation de bien-être et d’apaisement. Lorsqu’il est pratiqué à outrance, il apparaît comme dérivatif, une manière de fuir les véritables problèmes. La recherche d’une perfection extérieure pour masquer les failles intérieures est d’autant plus prégnante dans notre sport comporte déjà un caractère « addictif » !

 

La dysmorphophobie 

La dysmorphophobie est un trouble du rapport au corps associée à une déformation  imaginée. Les personnes souffrant de ce trouble ne se définissent plus que par le paraître et peuvent s’isoler socialement. Dans le milieu sportif il n’est pas rare d’être confronté à cette problématique : le symptôme est parfois la projection sur le corps d’une souffrance plus profonde car il est plus facile d’agir sur le corps via des restrictions alimentaires et un excès de sport que sur le psychisme. Pour autant, ces mesures ne permettront pas de restaurer l’image « réelle » de soi…

Ces troubles, loin d’être anodins, sont accompagnés de nombreux sacrifices, loin d’un quotidien heureux et d’un rapport sain à soi. Il est nécessaire d’y prêter attention pour se préserver et préserver au mieux son entourage.

 

 

Vous avez aimé cet article ? Retrouvez notre partenaire The Healthy Gear sur son site internet !

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Portrait d’athlète : Baptiste #CFS2P

Portrait d’athlète : Baptiste #CFS2P

Parce que nos athlètes sont l’âme et la raison d’être de nos boxs, et que chacun est unique… Voici le portrait de l’un d’eux…

 

Bonjour Baptiste,

CFFC : Présente-toi en quelques mots :

Bonjour, je m’appelle Baptiste, j’ai 26 ans, je suis technicien d’assistance informatique et actuellement et je vis à Velaux.

 

CFFC : Comment as-tu découvert le CrossFit ?

Grâce à un ami qui en pratiquait en free dans une salle de musculation puis dans une box affiliée et qui m’en parlait tous les jours.

 

CFFC : Depuis quand pratiques-tu ?

Depuis Avril 2016.

 

CFFC : Quel(s) sport(s) pratiquais-tu auparavant ?

J’ai pratiqué de la gym et du handball étant enfant, mais rien depuis l’adolescence.

 

CFFC : Continues –tu à pratiquer une ou des autres disciplines ? Si oui, que t’apporte le CrossFit dans celle(s)-ci ? 

Oui, je fais de l’escalade en salle. Ayant un chien je pratique également la marche avec un gilet lesté.

 

CFFC : Pourrais-tu décrire le CrossFit en 4 mots maximum ?

Intensité, dépassement de soi, défis et famille.

 

CFFC : Raconte-nous ton premier WOD :

J’avais fait un cours « fondamentaux » et je crois qu’il y avait des pull up, push up et d’autres mouvements que j’ai oublié.
J’étais avec un ami ce jour-là et je me souviens surtout d’une chose : pendant le WOD avec mon ami on avançait tête baissée et Pierre (le coach de Vitrolles) nous a dit à un moment « plus que 7 minutes », on s’est regardé et la on s’est pris une grosse claque.  On pensait être à la fin alors qu’on en était bien loin , du coup on été fracassé et on a plus avancé de tout le WOD.

 

CFFC : Qu’apprécies-tu dans la discipline ?

J’apprécie le fait que les exercices varient tous les jours dans le WOD, on ne refait pas la même chose quotidiennement.
Le CrossFit nous réapprend les mouvements de base ceux de notre quotidien, faire un squat pour ramasser un objet et non se pencher en avant par exemple.
Cela nous apprend aussi à avoir une alimentation plus équilibrée.

 

CFFC : Quelle est ta plus grande fierté ou victoire ?

Je n’ai pas vraiment de fierté ou de victoire, je me mets des défis à chaque fois que je rentre dans le box. J’aurais une grande victoire le jour où je saurais lever de grosses barres, mais le chemin va être long.

 

CFFC : Quels étaient tes objectifs en t’inscrivant ici ? Ont-ils évolué par la suite ? 

Je n’avais pas vraiment d’objectif lors de mon inscription, à l’époque j’étais en pleine déception amoureuse, avec un passé assez sombre dans le monde de la nuit et des substances illégales.. Je me suis mis à fond dans le CrossFit histoire de ne pas retourner dans ce monde là et de continuer à avancer malgré la rupture et ça a plutôt bien fonctionné !

 

CFFC : As-tu observé des changements sur le plan physique et mental ? 

Enormément, sur le plan physique je me suis élargi, j’ai pris de la force, gagné en souplesse, pris des formes, ce qui fait qu’aujourd’hui  je me sens mieux dans mon corps.
Sur le plan mental j’ai gagné en assurance, j’ai revu mon mode de vie au quotidien.

 

CFFC : Quelle place prends le CrossFit dans ta vie ?

Une grande place! Je regarde tous les jours des vidéos et des articles, sur internet.
Je me suis abonné à certains magazines spécialisés dans cette discipline également.

 

CFFC : A quelle fréquence t’entraines-tu ? Quels cours de spécialité suis-tu ?

Je m’entraine 6 jours sur 7.

5 WOD par semaine et 1 cour d’haltérophilie le samedi matin qui est sacré pour moi et que je manque que très rarement.

 

CFFC : As-tu changé des choses dans ton quotidien (organisation, alimentation…) ? 

Surtout mon alimentation, moi qui aimerais grossir, j’ai été suivi par un « We-nutrition ».

 

CFFC : Ta famille, tes amis comprennent-ils ton mode de vie ? 

Mes parents me comprennent, certains de mes amis sportifs aussi, mais les autres « non sportifs », ils me reprochent souvent de vivre pour ce sport.

 

CFFC : Quelle est ta relation avec les coachs ? Quelles sont tes attentes vis-à-vis d’eux ?

Il y a une très bonne relation avec les coachs.

Le CrossFit reste quand même familial, donc les coachs ne sont pas là juste pour nous entrainer et basta.
Ma seule attente serait l’open gym à ma box, mais je respecte leur choix.

 

CFFC : Quels sont tes plus gros challenges / tes difficultés ? Quelles stratégies adoptes-tu pour les affronter ?

Mon plus gros challenge est de pouvoir faire de grosses barres, mais vu mon poids ça ne va pas être facile.

 

CFFC : Sur quoi as-tu le plus de facilité ?

Sur les mouvements poids de corps du style pull up, muscle up, …

 

CFFC : Quel est ton WOD (benchmark) préféré ?

Amanda, un mélange de muscle up ring et snatch.

 

CFFC : Quel est ton mouvement préféré… et celui que tu déteste ? 

J’adore le snatch, je trouve ce mouvement très technique et je déteste le split jerk.

 

CFFC : As-tu un message à faire passer à ceux et celles qui hésitent encore à franchir le pas ?

Foncez !
Même si vous pensez ne pas avoir le niveau, le WOD sera toujours adapté à vous et si des personnes handicapées en font vous pouvez aussi.

 

 

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Portrait d’athlète : Sandrine #CFV

Portrait d’athlète : Sandrine #CFV

Parce que nos athlètes sont l’âme et la raison d’être de nos boxs, et que chacun est unique… Voici le portrait de l’un d’eux…

 

Bonjour Sandrine,

CFFC : Présente-toi en quelques mots :

Salut la team, alors je m’appelle Sandrine, je suis aide-soignante, j’ai 40 ans et des poussières, et je suis mère de 2 enfants, une fille de 15 ans et un garçon de 10 ans.

 

CFFC : Comment as-tu découvert le CrossFit ?

Avec ma cops Caro, on s’ennuyait aux cours de fitness, on s’est acheté des bons groupon par curiosité et voilà… on a accroché dès le 1er wod.

 

CFFC : Depuis quand pratiques-tu ?

Ça fait plus d’1 an maintenant.

 

CFFC : Quel(s) sport(s) pratiquais-tu auparavant ?

J’ai pratiqué la natation toute ma jeunesse, j’ai même coaché pendant plus de 5 ans dans un club, puis j’ai fait du triathlon avant d’avoir mes enfants, et à partir de là plus de sport pendant 12 ans et une reprise il y a 3 ans par du fitness.

 

CFFC : Continues –tu à pratiquer une ou des autres disciplines ? Si oui, que t’apporte le CrossFit dans celle(s)-ci ?

Non, je me consacre uniquement au CrossFit, il y a tellement à faire !!!

 

CFFC : Pourrais-tu décrire le CrossFit en 4 mots maximum ?

Intensité, dépassement de soi, diversité, et bien sûr convivialité

 

 

CFFC : Raconte-nous ton premier WOD :

Je ne m’en rappelle pas, mais par contre je me souviens très bien de cette envie de vouloir revenir très vite pour le refaire.

 

CFFC : Qu’apprécies-tu dans la discipline ?

On ne s’ennuie jamais, les wods sont sans cesse différents, on apprend tous les jours, il y a une réelle progression. Et bien sûr j’apprécie aussi cette appartenance à une communauté, cet esprit d’entraide, malgré le fait d’être envieux de certains adhérents, on s’encourage, on se pousse à dépasser nos limites quelque soit le niveau.

 

CFFC : Quelle est ta plus grande fierté ou victoire ?

Ma seule fierté sont mes enfants, et ma victoire c’est de pouvoir mener ma barque comme je l’entends. En ce qui concerne le CrossFit c’est trop tôt, seul l’avenir nous le dira…

 

CFFC : Quels étaient tes objectifs en t’inscrivant ici ? Ont-ils évolué par la suite ?

Enrayer mon processus de vieillissement et c’est toujours le cas !!! Ce n’est pas une plaisanterie, depuis que j’ai commencé je me suis retrouvée une nouvelle jeunesse, enfin sauf quand je me regarde dans le miroir !!!

 

CFFC : As-tu observé des changements sur le plan physique et mental ?

Sur le plan physique oui, enfin moi j’ai rien vu c’est mon entourage qui me l’a bien fait remarquer. Par contre sur le plan mental non.

 

CFFC : Quelle place prends le CrossFit dans ta vie ?

Beaucoup… c’est ma 2ème priorité après mes enfants.

 

CFFC : A quelle fréquence t’entraines-tu ? Quels cours de spécialité suis-tu ?

En moyenne 5 Wod par semaine + l’haltéro + le strongman et quand je peux la gym ou le stretching.

 

CFFC : As-tu changé des choses dans ton quotidien (organisation, alimentation…) ?

Non pas vraiment, mais j’avais déjà commencé a mangé plus sainement à ma reprise du sport.

 

CFFC : Ta famille, tes amis comprennent-ils ton mode de vie ?

Je ne pense pas, enfin je n’en suis pas certaine, mais ils me soutiennent et de toute façon ils savent que je fais que ce que j’ai envie.

 

CFFC : Quelle est ta relation avec les coachs ? Quelles sont tes attentes vis-à-vis d’eux ?

Pour moi les coachs sont le cœur de la box, c’est eux qui la font vivre… en ce qui me concerne ma relation avec eux est parfaite, ils sont à mon écoute, répondent à mes attentes, je n’attends rien de plus… ou presque !!

 

CFFC : Quels sont tes plus gros challenges / tes difficultés ? Quelles stratégies adoptes-tu pour les affronter ?

Mon challenge est de progresser encore et encore malgré mon âge et ma stratégie est de m’accrocher aux baskets des petites jeunes de la box !!!

 

CFFC : Sur quoi as-tu le plus de facilité ?

Je pense avoir un peu plus de facilité en haltérophilie, sûrement parce que j’aime beaucoup ça.

 

CFFC : Quel est ton WOD (benchmark) préféré ?

Aucune idée, j’en ai pas fait assez pour pouvoir choisir, mais par contre j’en ai un de référence c’est FRAN, ça fait plusieurs fois qu’on le fait, il me permet de voir mes progrès… ou pas !!!

 

CFFC : Quel est ton mouvement préféré… et celui que tu détestes ?

Le clean&jerk… en fait j’aime pratiquement tous les mouvements ou il y a une barre d’haltéro. Et je déteste aucun mouvement, il y a que le run me saoûle, j’en ai certainement trop bouffé avant.

 

CFFC : As-tu un message à faire passer à ceux et celles qui hésitent encore à franchir le pas ?

Tout simplement il faut venir essayer et pas qu’une seule fois, il faut se donner un peu de temps, ce n’est pas évident pour tout le monde d’accepter de se faire mal pour se sentir bien après. C’est un sport complet, il faut de la patience, s’entourer de bons partenaires et d’un encadrement de qualité… à partir de là, on ne peut qu’adhérer.

Portrait d’athlète : Vincent #CFV

Portrait d’athlète : Vincent #CFV

Parce que nos athlètes sont l’âme et la raison d’être de nos boxs, et que chacun est unique… Voici le portrait de l’un d’eux…

 

Bonjour Vincent,

CFFC : Présente-toi en quelques mots :

Salut l’équipe, moi c’est Vincent, je travail à Arcelormittal à Fos-sur-Mer en temps que technicien de maintenance.

 

CFFC : Comment as-tu découvert le Cross Fit ?

J’ai découvert le cross fit grâce à une application sur Smartphone (freelitics). Ca m’a vraiment plu, mais je n’arrivai pas m’entrainer tout seul, je baissais les bras à la première difficulté, je sautais des entrainements… bref pas de mental. Et j’ai cherché une box sur internet près de chez moi pour m’entrainer en groupe, je pensais que cela me motiverai. Et me voilà débarqué à CFFC, depuis presque 2 ans.

 

CFFC : Depuis quand pratiques-tu ?

Je pratique depuis le 27/01/2016.

 

CFFC : Quel(s) sport(s) pratiquais-tu auparavant ?

Heu… le tennis Ricard, c’est des cours de 1H30 à 6 personnes ou tu passes 30 minutes à jouer au tennis, 30 minutes à raconter des blagues sur le bord du terrain et 30 minutes à boire des pastis. Bon niveau sport on repassera…

 

CFFC : Continues –tu à pratiquer une ou des autres disciplines ? Si oui, que t’apporte le CrossFit dans celle(s)-ci ?

Non, les autres sports ne m’attire pas plus que ça.

 

CFFC : Pourrais-tu décrire le CrossFit en 4 mots maximum ?

1 : Esprit d’équipe 2 : Dépasser ses limites  3 : la difficulté (aucun WOD n’est facile)  4 : Transpiration 😉

 

CFFC : Raconte-nous ton premier WOD :

Murph… pour ceux qui ne connaitraient pas, c’est 1600m de course à pieds, 100 tractions, 200 Pompes, 300 squats, 1600m de courses à pieds.

Pierre a été cool avec moi, il a tout divisé par deux sauf la course.

Les 1600m de courses ok pas trop de difficulté, les 50 tractions avec le gros élastique vert, quand tu fais 93 kg de pur gras, tu souffres, ok ?!… élastique ou pas, les 100 pompes sur les genoux, MERDE  je n’arrivais plus à déplier complètement les bras à la fin, les 150 squats c’était vraiment DUUUR, j’avais plus de jus, j’étais au bout de ma vie, et ensuite je suis partit courir les derniers 1600m avec deux enclumes à la place des bras et deux autres à la place des jambes. J’ai fini bon dernier, avec 10 minutes de retard par rapport à tout le monde. Et j’ai eu des courbatures sur tout le corps pendant une semaine.

 

Et dans ma tête je me suis dit « Cool… à quand la prochaine ??? » et j’y suis retourné 5 jours plus tard, dès que mon corps me l’a permit.

 

CFFC : Qu’apprécies-tu dans la discipline ?

C’est dur, ça peut paraitre aberrant mais c’est vraiment le cas.

 

CFFC : Quelle est ta plus grande fierté ou victoire ?

Je pourrais vous dire quand j’ai passé mon premier muscle up, ou quand j’ai réussit à faire mes premiers DU, mais ce n’est pas vraiment ça qui est important pour moi…

 

A ma troisième ou quatrième séance (la première que coacher Martin, je croix…) tout le monde avait fini le Wood, sauf moi… Il me restait des abdos à faire, j’étais mort, je n’y arrivai plus…

Et la, tout le monde s’est mit en cercle autour de moi et ils m’ont tous encouragé et ils faisaient les abdos en même temps que moi !!! Ils m’ont supporté jusqu’au bout, tous !!! Même si je n’ai pas fini le Wod, à la fin ils m’ont tous félicités alors qu’ils avaient tous fait beaucoup mieux que moi…

 

Tout ça pour dire que si aujourd’hui je suis fier de faire du cross fit, c’est parce que ceux sont les plus forts supportent les plus faibles, et non le contraire. Cet état d’esprit, je ne l’ai jamais retrouvé ailleurs, même dans la vie quotidienne.

 

CFFC : Quels étaient tes objectifs en t’inscrivant ici ? Ont-ils évolué par la suite ?

Je cherchais à pratiquer un sport ou je finissais la séance en rampant, me voilà servi.

 

CFFC : As-tu observé des changements sur le plan physique et mental ?

Oui, sur le plan physique clairement je me suis affiné, et je ne m’essouffle plus après avoir monté 3 volées de marche, je suis en meilleur santé.

Sur le plan mental aussi, j’ai changé je me pose beaucoup moins de questions avant d’agir, pour moi c’est un signe d’une plus grande confiance en moi.

 

CFFC : Quelle place prends le CrossFit dans ta vie ?

Aujourd’hui, je ne me vois pas ne plus faire de cross fit, ça fait complètement parti de ma vie. Il m’est arrivé une ou deux fois de ne pas aller à la box pendant deux semaines de rang, à cause de petites blessures, je dormais mal, je faisais la gueule, j’avais du mal à me concentrer. Je crois que je suis accro à ce sport.

 

CFFC : A quelle fréquence t’entraines-tu ? Quels cours de spécialité suis-tu ?

Je m’entraine entre 3 et 5 fois par semaine. Je suis le stretch, l’OCR, et les cours d’endurance le dimanche.

 

CFFC : As-tu changé des choses dans ton quotidien (organisation, alimentation…) ?

J’ai changé un tout petit peu mon alimentation, je mange moins, mais je reste accro à la mal bouffe L

 

CFFC : Ta famille, tes amis comprennent-ils ton mode de vie ?

Oui, pour la plupart. Ceux qui ne comprennent pas sont ceux qui n’éprouvent aucun plaisir à faire du sport en fait.

 

CFFC : Quelle est ta relation avec les coachs ? Quelles sont tes attentes vis-à-vis d’eux ?

Les coachs sont tous au géniaux, ne changeais rien l’équipe. Si aujourd’hui j’ai progressé c’est surtout grâce à eux… merci les coachs 😉

 

CFFC : Quels sont tes plus gros challenges / tes difficultés ? Quelles stratégies adoptes-tu pour les affronter ?

Je voudrais être capable de faire tous les mouvements, il faut encore que jemaitrise le hand stand walk, et le muscle up ring. Mes stratégies… skill gym.

 

CFFC : Sur quoi as-tu le plus de facilité ?

Rien, j’en ai chié du début à la fin, et sur tous les mouvements. J’en ai bouffé des skills gym avec Martin et il va falloir que j’en bouffe encore beaucoup pour apprendre tous les mouvements convenablement.

 

CFFC : Quel est ton WOD (benchmark) préféré ?

Murph, car c’est mon premier Wod, et que je n’ai jamais réussi à le finir avant le cap time. C’est le wod le plus dur que j’ai fait pour le moment. Même après deux ans d’entrainement, j’ai encore des courbatures pendant une semaine après ce Wod.

 

CFFC : Quel est ton mouvement préféré… et celui que tu déteste ?

Mon mouvement préféré, les DU car c’est sur ce mouvement que j’ai le plus travaillé et c’est le mouvement ou j’ai le plus progressé.

 

Celui que je déteste, l’Over Head squat, vu que ne suis pas souple du tout, même avec un tube en PVC ce mouvement me fait transpirer comme pas permis.

 

CFFC : As-tu un message à faire passer à ceux et celles qui hésitent encore à franchir le pas ?

Venez vous surpassez avec nous, vous verrez vous serez fier de vous. Ça fait slogan à deux balles pour pub pourri, mais j’ai que ça qui me viens à l’esprit désolé…

1, 2, 3… Récupérez ! Petit traité sur les bienfaits du repos

1, 2, 3… Récupérez ! Petit traité sur les bienfaits du repos

Quel que soit le rythme, l’intensité et les objectifs  votre pratique  du CrossFit, les temps de récupération sont indispensable à l’organisme. Comme le jour et la nuit, la vie et la mort, le sport et le repos sont absolument indissociables.

La première explication soutenant cette règle est simple : l’intensité étant la clé de la progression, mieux vaut s’entraîner à 100% de ses capacités 3 ou 4 fois par semaine qu’à 50 ou 60%  tous les jours ou plus.

 

BOUGER AVEC INTELLIGENCE ET PRAGMATISME

Le sur-entrainement est la première cause de stagnation voire de régression. Mais c’est aussi un facteur important de blessures et d’inflammations chroniques.

La raison et la modération sont des notions parfois difficiles à acquérir mais sont pourtant des qualités indispensables à tout bon crossfitter : il s’agira donc de connaître son corps, ses limites et de savoir discerner les « bonnes douleurs » (courbatures, trigger points..) des mauvaises (tendinites, périostite, syndrome de l’essuie glace, fatigue mentale..).
En la matière, le mieux est souvent l’ennemi du bien : notez bien que le « toujours plus » n’a pas sa place dans une démarche de qualité, de santé et de progression.

Quelques points d’alarme pouvant indiquer un manque de repos :

  • Besoin d’utiliser un stimulant (café/ thé,  booster, boissons énergétiques…) pour s’entrainer
  • Dépendance aux produits favorisant la récupération (BCAA, post workouts, protéine en poudre..)
  • Manque de motivation
  • Régression, stagnation anormale
  • Sommeil modifié, non récupérateur, difficulté d’endormissement
  • Nervosité, hypersensibilité
  • Prise de poids inexpliquée
  • Manque d’appétit ou au contraire pulsions alimentaires
  • Douleurs musculaire chroniques…

Si vous vous reconnaissez dans une ou plusieurs de ces affirmations il est peut être temps de changer vos habitudes…

 

REPOS ET RECUPERATION ACTIVE

Ces deux termes sont parfois confondus et utilisés de la même manière. Il s’agit pourtant bien de deux stratégies différentes devant être utilisées de manière distinctes.

La récupération active : cette forme de récupération reste malgré tout une forme d’entrainement et doit être considéré comme tel au sein de la programmation. Elle consiste à a mobiliser son organisme pour continuer à maintenir un bon niveau de métabolisme aérobie. Plusieurs possibilités : pratiquer une toute autre activité, à faible intensité (course à pieds, natation, yoga…) ou continuer à aller à la box mais en réduisant l’intensité de moitié (moins longtemps, moins lourd, moins vite…). Les phases de récupérations actives s’intégrent à la fois dans la semaine (1 ou 2 jours) et dans le cycle d’entrainement (5 jours à 1 semaine).

 

Le repos : la mise au repos du corps et de l’organisme est absolument indispensable. Certaines hormones  sont libérées durant certaines phases de sommeil car les systèmes nerveux ne sont plus en alerte. Le corps peut alors récupérer pleinement.

Idéalement, le travail d’un même groupe musculaire doit être espacé de 24 à 48h. Ce délai est bien entendu quasi impossible à tenir dans le cadre d’activités sollicitant l’ensemble du corps. Pourtant, le risque est bien réel : si les efforts s’enchaînent dans discontinuer, les stocks énergétiques ne pourront jamais se reconstituer. S’en suit alors un effet de catabolisme (dégradation et fonte des muscles ).. ce qui n’est pas vraiment l’effet recherché !

La seule solution réside en l’octroi d’un ou plusieurs jours de repos total au cours de la semaine d’entrainement. Massages, bains, hammam / saunas, stretching, cryothérapie, électrostimulation sont en revanche tout indiqués pour aider le corps à restaurer ses pleines capacités.

 

REFUEL : LA BONNE ALIMENTATION

Rien ne sert de s’entrainer si le repos n’est pas suffisant…et rien ne sert de se reposer si l’alimentation n’est pas optimale !

L’eau est à la base de la récupération: il faut donc veiller à compenser la perte en électrolytes et minéraux. Exceptionnellement une eau minéralisée peut être consommée, a raison d’un demi litre maximum dans l’heure qui suit la séance.

Côté alimentation, dans une fenêtre de 60 à 90mn après l’entrainement sont à privilégier les glucides à IG moyen et des protéines de qualité (animales ou végétales selon vos choix et tolérances). Le repas « complet » qui suivra devra être à dominante basifiante afin de rééquilibrer le PH de l’organisme (le sport peut acidifier…).

Mais gardons à l’esprit que chacun est différent et doit trouver son harmonie, son rythme et la bonne alternance sport / repos ! En la matière il n’y a pas de sciences exacte et la clé reste d’écouter son corps, ses envies et de prendre du plaisir s’entrainer.

 

Vous avez aimé cet article ? Retrouvez notre partenaire The Healthy Gear sur son site internet !

 

 

Auteur :

Marie SEMERDJIAN

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Portrait d’athlète : Amélie #CFS2P

Portrait d’athlète : Amélie #CFS2P

Parce que nos athlètes sont l’âme et la raison d’être de nos boxs, et que chacun est unique… Voici le portrait de l’un d’eux…

 

Bonjour Amélie,

CFFC : Présente-toi en quelques mots :

Hello ! Amélie, 26 ans, toulousaine, pharmacien et expatriée à Salon de Provence depuis bientôt deux ans.

 

CFFC : Comment as-tu découvert le CrossFit ?

Par le copain d’une amie qui en fait à Istres. Ca avait l’air affreux mais très addictif alors ça m’a intrigué !

 

CFFC : Depuis quand pratiques-tu ?

Ca va faire un an ce mois ci ! Le temps passe vite !

 

CFFC : Quel(s) sport(s) pratiquais-tu auparavant ?

Aucun ! Je suis un peu passé d’un extrême à l’autre. Avant c’était plus fac / soirées filles / repeat. D’ou la difficulté au début et surtout une progression petit à petit car je suis vraiment parti de rien.

 

CFFC : Continues –tu à pratiquer une ou des autres disciplines ? Si oui, que t’apporte le CrossFit dans celle(s)-ci ?

Que le crossfit et ça me suffit amplement !

 

CFFC : Pourrais-tu décrire le CrossFit en 4 mots maximum ?

Addictif, Famille, Solidarité, Dépassement de soi

 

CFFC : Raconte-nous ton premier WOD :

Je n’ai pas grand souvenir de mon 1er wod, mais ce dont je me rappelle c’est cette discussion dans le vestiaire des filles pendant mon 1er mois. Je dis à l’une des adhérente, « Je n’ai jamais fait de sport, je vais commencer par m’inscrire à un cours par semaine, déjà ce sera pas mal. Avec l’offre découverte de 5 cours, j’en ai pour un moment. » Ce a quoi elle m’a répondu, que j’allais rapidement faire bien plus d’un cours par semaine et que l’abonnement au mois serait vite une nécessité. Je suis arrivée mi novembre, en décembre j’avais déjà l’abonnement mensuel. CQFD.

 

CFFC : Qu’apprécies-tu dans la discipline ?

Ce que j’adore et que je dis aux personnes qui veulent commencer c’est que le crossfit est une discipline ouverte à tous et surtout qu’importe ton niveau ! Je suis arrivée presque « sans le moindre muscle » mais des le début je me suis régalée. Les coachs sont la pour adapter les exercices à notre niveau. Le but n’est pas de faire comme les athlètes de haut niveau, mais simplement au départ d’apprendre les mouvements et d’arriver à finir le wod adapté à son niveau.

 

 

CFFC : Quelle est ta plus grande fierté ou victoire ?

La fierté d’apprendre à me dépasser ! Lundi on a fait un wod team, ma coéquipière a eu un petit coup de pompe avant la fin du wod, j’ai doublé mon nombre de pull up pour qu’elle puisse souffler et on est reparti ensemble, et on a fini le wod ! Je trouve ça extraordinaire ! L’année dernière, j’aurais attendu qu’elle se repose, on aurait pas fini et j’aurais dit : on a pas réussi.

 

CFFC : Quels étaient tes objectifs en t’inscrivant ici ? Ont-ils évolué par la suite ?

Principalement de me muscler et bien évidemment de perdre quelques kilos au passage comme beaucoup de filles ! J’ai très rapidement atteint mon objectif, maintenant c’est plus le plaisir et l’envie de progresser.

 

CFFC : As-tu observé des changements sur le plan physique et mental ?

Les deux ! Physique car je me suis musclé même si c’est pas super visible au 1er abord. Mental surtout, je me surprends à m’énerver pour finir des wod, la ou j’aurais abandonné il y a quelques temps.

 

CFFC : Quelle place prend le CrossFit dans ta vie ?

Un énorme tiroir de ma commode au plus grand désespoir de ma carte bleue ! Haha. Non sérieusement le crossfit prend désormais une place importante dans ma vie, apparemment j’en parle souvent lol, mais je le garde avant tout comme un sport. Si j’ai quelque chose d’important à faire je n’ai pas de remords à annuler et à y aller un autre jour.

 

CFFC : A quelle fréquence t’entraines-tu ? Quels cours de spécialité suis-tu ?

En moyenne deux à trois fois par semaine en fonction de mon emploi du temps.

Je ne fais que les wods classiques et récemment les open gym, j’aimerais aller aux cours de gym mais les créneaux ne sont pas compatibles avec mon boulot.

 

CFFC : As-tu changé des choses dans ton quotidien (organisation, alimentation…) ?

Organisation pas spécialement, je rentre simplement plus tard les soirs où je fais le wod de 20h. Et côté alimentation, je mange encore plus de chocolat qu’avant ! #kinder

 

CFFC : Ta famille, tes amis comprennent-ils ton mode de vie ?

Comme je l’ai dit avant mon mode de vie n’a pas spécialement changé donc ça n’a pas vraiment choqué mon entourage.

 

CFFC : Quelle est ta relation avec les coachs ? Quelles sont tes attentes vis-à-vis d’eux ?

 

Les coachs sont géniaux ! Ce sont des gens hyper accessibles et concernés, toujours là pour nous réexpliquer et nous guider pendant les wod. Mais aussi me concernant pour me challenger et me pousser à dépasser mes limites. Faire un wod à un niveau trop élevé ne sert à rien, on ne le finira jamais, mais si c’est trop facile ce n’est pas l’objectif non plus. Au fil du temps ils nous connaissent et savent adapter les wod au mieux.

 

CFFC : Quels sont tes plus gros challenges / tes difficultés ? Quelles stratégies adoptes-tu pour les affronter ?

Ma mobilité en carton ! Sur certains mouvements il faut être souple des épaules, du bassin ou des chevilles ce qui n’est clairement pas mon cas, donc je galère sur certains mouvements. Le One Arm DB OH Squat, impossible … J’ai donc pris une nouvelle résolution, à voir combien de temps je vais la tenir, je vais m’obliger à faire du stretching plusieurs fois par semaine !

 

CFFC : Sur quoi as-tu le plus de facilité ?

Je n’ai pas vraiment l’impression d’avoir une facilité sur un exercice en particulier, mais je suis toujours contente de venir à la box !

 

CFFC : Quel est ton WOD (benchmark) préféré ?

Cindy ! 20 minutes de Pull up, Push up et Squats. En version scaled pour l’instant mais c’est le genre de wod que j’aime. Plus dans le mental que dans la technique. On peut aller à son rythme, il faut simplement se forcer à aller jusqu’au bout !!

 

CFFC : Quel est ton mouvement préféré… et celui que tu détestes ?

Je n’ai pas réellement de mouvement préféré mais celui que j’adorerai passer et qui reste mon 1er objectif c’est les muscle up ! Je trouve ça trop stylé 😀

Celui que je déteste c’est sans hésiter les Rope Climb, la corde n’est clairement pas ma copine.

 

CFFC : As-tu un message à faire passer à ceux et celles qui hésitent encore à franchir le pas ?

Si vous avez envie de venir faire du sport, d’essayer de dépasser vos limites en vous amusant n’hésitez plus ! On souffre mais on rigole aussi beaucoup. Aucun jugement, entraide et motivation pour soutenir ceux qui ont plus de difficultés, le crossfit c’est un sport mais aussi une philosophie. & pas d’excuses de santé, même asthmatique comme moi, tout est possible !

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Newsletter de La French Co !

Evénements, WOD, portraits d’adhérents, conseils, challenges, recettes…
Découvrez toutes les news de la French Co, de ses boxs et de ses partenaires.