fbpx

Monthly Archives: mai 2020

Comment faire des frites de patate douce parfaites?

Comment faire des frites de patate douce parfaites?

Il semblerait que ce soit THE sujet cuisine de tous les CrossFitteur. Comment faire pour que les frites de patates douces soient bien croustillantes sur de dessus et fondante à coeur? Mieux encore : commet les rendre absolument Instragrammables?

Il dire que la patate douce a plus d’un bénéfice dans son sac : un indice glycémique bas/modéré de 50 (a titre de comparaison, celui de la pomme de terre est aux alentours de 90 selon la cuisson), une richesse en beta-carotène, cuivre, manganèse, vitamine A et B6 et fibres. Après des dizaines de tentatives plus ou moins réussies, on a fini par découvrir le secret de la recette parfaite au four. Suivez le guide!

Etape 1: la découpe

On privilégie une découpe régulière et une largeur moyenne ! Trop fines elles s’imbiberont trop d’huiles et seront molles. Trop épaisses, elles ne seront pas assez fondantes au coeur.

Etape 2 : le bon dosage d’huile

Les patates douces absorbent un peu plus l’huile que la pomme de terre. Pour autant, pas besoin d’avoir la main lourde et d’utiliser un bain entier. L’astuce consiste à mettre les frites dans un sac de congélation (ou équivalent), à ajouter l’huile, le paprika (pour la saveur et la couleur), le poivre, le sel… et à shaker, shaker, shaker ! On obtient ainsi une réparation et une quantité parfaite de la matière grasse.

Etape 3 : du blanc d’oeuf

Oui, vous avez bien lu ! Une frite Instagrammable, fière et droite comme un I doit être badigeonnée au blanc d’oeuf. A la cuisson, il permet de de créer une « croute » croustillante. A vos pinceaux ! Pour les végétaliens : on remplace par de la chapelure complète.

Etape 4 : la répartition

Les frites de patate douces sont des princesses : elles ont besoin d’espace. Trop proches ou pire encore empilées, « l’effet vapeur » assuré.

Etape 5 : la cuisson

Le four doit être bien chaud – autour de 210°C – et déjà à température. A mi- cuisson, on sort la plaque du four pour les retourner UNE PAR UNE !

On attend les photos vos plus belles frites. Bon appétit !

Auteur :

Comment le cycle menstruel féminin influence-t-il les performances sportives?

Comment le cycle menstruel féminin influence-t-il les performances sportives?

Alors que le système hormonal masculin est relativement stable, les taux d’hormones varient en permanence chez la femme. Et cela n’est pas sans conséquence sur l’humeur, le sommeil, l’appétit, la forme physique mais aussi sur les performances sportives.  La recherche suggère même qu’il y a une incidence sur le risque de blessure !

Bonne nouvelle, il suffit de bien se connaître pour organiser ses entrainements en fonction des phases du cycle!

Bien entendu, ces conseils s’appliquent aux femmes qui ne prennent pas de contraception hormonale.

Les phases du cycle menstruel

La phase menstruelle : jours 0 à 5

Comment la reconnaitre?

C’est la phase des règles proprement dite. Si l’ovocyte n’a pas été fécondée, l’endomètre, qui s’était préparé à recevoir un embryon se rompt et se désagrège. La température est à un « plateau » normal.

Quelques heures avant le début des règles et pendant les premiers jours, il est possible de ressentir une fatigue intense, une tendance à la somnolence voire même une profonde tristesse dans raison apparente. Les douleurs pelviennes et lombaires, les tiraillements au niveau du psoas (qui es lié au système reproducteur) sont plus ou moins intenses selon les femmes.

Cela est lié au taux d’hormones (œstrogènes et progestérone) qui chutent brusquement. Ils est d’ailleurs au plus bas de tout le cycle.

Quelles activités privilégier?

Idéalement, on privilégie des activités douces. C’est le moment idéal pour pratiquer le Yoga, faire du Stretching, sans intensité.

Il est déconseillé de forcer à s’entrainer le jour où le flux et les contractions sont intenses mais rester en mouvement permet de soulager les douleurs et l’inconfort.

Comment s’alimenter?

On opte pour des aliments riches en fer, vitamines B9 et B12 : pour les non végétariens, c’est le moment de se faire plaisir avec de la viande et en particulier les abats comme le foie qui en concentrent beaucoup (attention à le choisir bio!).

cycle féminin

Mais on en trouve aussi en bonne quantité dans les légumes vert foncé (chou kale, brocoli, épinards…) qu’on assaisonne avec du citron pour une meilleure assimilation du fer.

Les petits poissons gras, les graines (lin, chia, courge) et oléagineux sont clés pour diminuer l’état inflammatoire et donc les douleurs, contrairement aux sucres raffinés, à la caféine, au chocolat qui sont pro- inflammatoires.

La levure de bière et les germes de blé sont d’excellents compléments.

La phase pré-ovulatoire ou folliculaire : jour 6 à 12

Comment la reconnaitre ?

Elle suit immédiatement les règles. À ce stade du cycle, la température corporelle est « basse » en comparaison au reste du cycle (souvent en dessous de 37°). L’énergie et la motivation sont souvent de la partie : les entraînements semblent plus facile.

D’un point de vue hormonal, le taux de testostérone et d’oestrogènes augmentent. On observe une meilleure tolérance à la fatigue et à la douleur.

La sensibilité à l’insuline est aussi meilleure : l’organisme est plus enclin à utiliser ses réserves de glycogène.

On observe en toute fin de la phase une baisse de température quelques jours ou le jour avant l’ovulation. Le taux d’oestrogènes est à son paroxysme, entraînant une hyper-laxité ligamentaire. Le risque de blessure et de déchirure est accru !

Quelles activités privilégier?

C’est donc un moment propice au développement musculaire et à un volume et une intensité de travail plus importants tout en bénéficiant d’une récupération optimale. Attention néanmoins à ne pas rechercher des étirements maximaux.

Comment s’alimenter?

Les glucides à index glycémiques bas (patates douces, riz complet, légumineuses) dont les bienvenus pour produire de l’énergie. C’est aussi le moment d’augmenter légèrement la consommation de protéines (animale ou végétale) pour soutenir l’effort musculaire et réguler la glycémie.

La phase d’ovulation : aux environs du 14e jour

Comment la reconnaitre ?

Cette phase dure 24H. La glande pituitaire provoque une forte augmentation de l’hormone lutéinisante. L’oeuf du follicule est libéré : c’est l’ovulation. Le lendemain, la température corporelle augmente soudainement.

Sur un plan symptomatique, c’est souvent le retour des douleurs pelviennes pouvant provoquer un certain inconfort. La testostérone atteint un pic à ce moment.

Quelles activités privilégier?

Pendant cette phase, les entraînements lourds et intenses sont les bienvenus. Le niveau de résistance et de force sont excellents.

Comment s’alimenter?

Les aliments riches en zinc : huîtres, fruits de mer, graines de courge, noix de cajou, avoine, oeufs…vont favoriser la sécrétion de testostérone.

La phase post-ovulatoire : jours 15 à 17

Les niveaux d’énergie sont encore bons! La température corporelle descend très légèrement par rapport à celle observée lors de l’ovulation.

Quelles activités privilégier?

Il est intéressant de privilégier les entrainements longs, moyennement intense à dominante aérobie (Wod endurance, course à pieds..)

La phase lutéale : jours 17 à 28

Comment la reconnaitre ?

C’est la phase tant redoutée par beaucoup de femmes qui connaissent le fameux « syndrome pré-menstruel ». Elle corrrespond à une augmentation du taux de progestérones et à une diminution du taux d’œstrogènes.

On peut observer ces symptomes dès le 17 ou 18e jour du cycle, ce qui correspond à une augmentation du taux de progestérone et à une diminution du taux d’œstrogènes.

  • Ballonnements et crampes;
  • Constipation ou diarrhée ;
  • Confusion, impression de « brouillard » ;
  • Troubles de la concentration ;
  • Étourdissements ;
  • Colère ;
  • Anxiété ;
  • Fatigue intense ;
  • Irritabilité
  • Maux de tête ;
  • Acné ;
  • Bouffées de chaleur ;
  • Sensiblité et douleurs de la poitrine;
  • Troubles de l’appétit ;
  • Troubles du sommeil
  • Chutes de tension ;

La températures corporelle augmente un peu, ce qui peut altérer les performances cardiovasculaires. La sensibilité à l’insuline diminue (les glucides sont moins bien utilisés par l’organisme).

Quelles activités privilégier?

Les jours qui précèdent les menstruations sont parfaits pour travailler la technique d’entrainement et enregister les bons schémas moteurs, sans trop d’intensité. Inutile de vouloir tenter des charges maximales, au risque d’être déçue !

Comment s’alimenter?

Haro sur les graines de tournesol et de sésame qui favorisent la production de progestérone qui limite le SPM. Les aliments riches en magnésium et en calcium végétal (légumes verts, oléagineux) aident à réguler l’humeur.

Les produits laitiers, les sucres à index glycémique haut ont tendance à décupler les symptomes.

Quand le cycle est pertubé par l’entraînement

Une activité sportive trop intense et le surentraînement peuvent avoir des conséquences sur le cycle hormonal en perturbant les secretions hormales et leurs taux.

Quelques repères :

  • Cycles courts ≤ 25 jours,
  • Cycles longs > 35 jours,
  • L’aménorrhée : absence de règles de plus de 2 mois consécutifs

Des entraînements sportifs quotidiens à haute intensité provoquent la sécrétion de cortisol (hormone du stress) et de noradrénaline qui viendraient perturber la pulsatilité des GnRH, responsables de la régulation de la fonction ovarienne via la sécrétion de LH et FSH.  

Les femmes de 25-35 ans qui pratiquent une activité physique intense ont 1,5 fois plus de change d’avoir des difficultés à procréer.

Ces troubles de l’infertilité., lorsqu’ils sont décorrelés d’un dérèglement plus profond (SOPK, Endométriose…) sont bien sûr réversibles.

Si une supplémentation est possible pour réguler le cycle (bourgeon de framboiser, gattilier..), mieux vaut en priorité reconsidérer son rapport au sport car celui-ci n’est peut être pas des plus sain.

La pratique sportive doit contribuer à équilibrer l’ensemble des processus métaboliques du corps et apaiser le mental.

Si ce n’est pas le cas, c’est que celle-ci va à l’encontre du but recherché : l’état de santé optimal!

Références :

Auteur :

Légumes farcis à l’okara (vegan)

Légumes farcis à l’okara (vegan)

Le CrossFit est une discipline exigeante, qui demande beaucoup d’énergie et parfois de sacrifices. Mais pas question cependant de sacrifier le goût, surtout lorsqu’on sait que l’alimentation est à la base de la pyramide de la santé et du Fitness.

Nous vous proposons donc aujourd’hui une recette végétarienne et gourmande riche en protéines et en omégas 3!

INGREDIENTS (pour 1 légume farci)

  • Légumes au choix par personne (aubergine, poivron, courgette..)
  • 150g d’okara maison (de soja ou d’amande) pressé dans un torchon ou d’okara de soja acheté en magasin bio (marque soy)
  • 1 gousse d’ail
  • 1 branche de persil
  • 2 CS de levure maltée

Laver les légumes, les couper en deux dans la longueur. Faire pré-cuire au four ou à la vapeur jusqu’à ce qu’ils soient tendres.

Mixer l’ail, le persil et la levure. Creuser un nid au centre des légumes. Détailler la chair prélevée et la mélanger à l’okara et à la persillade. l’incorporer au mélange. Garnir les légumes.

.Pour un plat complet, servir avec une salade aux céréales (taboulé, salade de riz ou de pâtes complets)

Newsletter de La French Co !

Evénements, WOD, portraits d’adhérents, conseils, challenges, recettes…
Découvrez toutes les news de la French Co, de ses boxs et de ses partenaires.